top of page

12 Maires de Seine-Saint-Denis devant le Tribunal administratif pour avoir défendu l’école publique !

Depuis plus de deux mois, en Seine-Saint-Denis, l’intersyndicale, les enseignants, les parents d’élèves, les élus se mobilisent pour demander un plan d’urgence pour l’éducation.


Malgré la rencontre de la Ministre avec les députés, puis les sénatrices et sénateurs, et enfin, l’intersyndicale, aucune annonce concrète n’a été faite. La Ministre Nicole Belloubet continue d’ignorer les revendications et répond ‘’groupes de niveaux’’ et ‘’chocs des savoirs’’.


Pour rappel, il manque 1000 enseignants pour les 130 collèges du département, 2200 enseignants pour les 68 lycées. Dans le 1er degré, il manque 2000 enseignants dans les 859 écoles. Conséquence : le taux d’absences remplacées est de 65% dans le premier degré (contre 77% au niveau national) et 92,8% (contre 94,5% ) dans le second degré.


Chaque année, ce sont des milliers d’heures de cours perdues pour les élèves de Seine-Saint-Denis.


Les chiffres attestent donc d’une réelle rupture d’égalité républicaine. Aujourd’hui, en France, un élève de Seine-Saint-Denis est moins bien considéré par l’Etat et n’a pas les mêmes chances de réussite qu’un élève de Stanislas par exemple !


Face à ce constat, le 2 avril dernier, 12 Maires ( Stains, Bobigny, la Courneuve, l’Île-saint-Denis, Bagnolet, les Lilas, Montreuil, Le Pré-saint-Gervais, Pantin, Noisy-le-Sec, Sevran et Romainville) ont pris un arrêté commun pour mettre en demeure l’Etat  et lui demander d’initier un plan d’urgence pour l’éducation.


Cette initiative politique de maires progressistes de gauche est courageuse et responsable.


Et pourtant… Demain, ces maires sont convoqués par le Préfet devant le Tribunal Administratif ! Défendre le droit à l’égalité et l’éducation serait donc repréhensible en France ! On marche décidément sur la tête…


Je serai présent à leurs côtés pour soutenir les revendications de toute la communauté éducative notamment la création de 5000 postes d’enseignants, 2200 postes d’AESH, 650 postes d’AED, 320 postes d’Assistants pédagogiques, 175 postes de CPE, des personnels des pôles psycho-médicaux-sociaux en nombre suffisant, des écoles et des établissements scolaires salubres !


Ces besoins ont été chiffrés : 358 millions d’euros. Est-ce demander La lune ?


Pour rappel, 4 milliards d’euros ont été engagés pour le port de l’uniforme et la mise en place du SNU, voulus par le gouvernement ! Cela s’appelle avoir le sens des priorités…


Rendez-vous donc demain à 9h45 devant le Tribunal Administratif de Montreuil pour continuer à dénoncer la ségrégation scolaire et pour défendre l’école publique !

260 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page