top of page

Avec le cœur et la raison

Le 7 octobre 2023 fera assurément date dans l’histoire politique du Proche-Orient. L’attaque terroriste du Hamas, suivie de la réplique sanglante israélienne sur la bande de Gaza, a ouvert un cycle d’horreurs. Le bilan provisoire, à l’heure où nous écrivons ces lignes, est déjà effroyable : 1 200 victimes israéliennes, au total près de 20 000 morts, plus de 35 000 blessés. Plus de la moitié des infrastructures de l’enclave palestinienne, des milliers de bâtiments, d’école, d’hôpitaux, d’habitations, le centre de presse, même l’Institut français à Gaza ont été détruits. C’est une vraie catastrophe humanitaire. La violence coloniale continue de faire rage en Cisjordanie alors que les tensions à à la frontière israélo-libanaise font craindre un embrasement régional.


Le choc des images et des témoignages de part et d’autres ont provoqué de vifs débats pour comprendre, parfois défendre, une partie contre une autre. Pour notre part, à l’Humanité, nous réitérons l’idée que chaque vie compte, quel que soit notre analyse sur la situation au Proche-Orient. Les libérations d’otages et de prisonniers politiques palestiniens nous ont rappelés à notre humanité. Ces moments de joie et d’accalmie à l’occasion de la trêve, maintes fois prolongée, ont rappelé que l’arrêt des combats, par un cessez-le-feu, reste un objectif urgent et vital. Cela prouve que le dialogue et la voie de la diplomatie sont les outils les plus précieux pour faire cessez les armes.


Les événements récents ont remis sur la scène internationale une situation coloniale que d’aucuns pensaient reléguée au second plan voire mise sous le tapis par d’autres affrontements régionaux au Moyen-Orient ou par les accords d’Abraham signés entre Israël et les Etats arabes. Les mobilisations aux quatre coins de globe montrent que la Palestine, parmi les dernières situations coloniales au monde, incarne un référent universel pour les peuples et un référentiel dans les positionnements internationaux des Etats. Alors que les institutions internationales et les organisations non gouvernementales sont au cœur du conflit (avec un nombre inédit de victimes), la dimension internationale de ce conflit a pris une importance encore plus forte.


En France, au-delà de la position diplomatique française qui a brillé par son absence diplomatique, les éléments de langage du débat public pour analyser la situation au Proche-Orient sont un objet de tension en soi. Les instrumentalisations odieuses, les actes de haine (antisémites, racistes), les disqualifications ad hominem sont malheureusement légion.


C’est pour ces raisons que nous avons fait le choix de compiler et d’enrichir l’ensemble de nos articles principaux sur les événements en Israël et en Palestine depuis le 7 octobre dans ce numéro spécial « Gaza, les clés pour comprendre ». Notre rédaction a envoyé dès que possible une équipe sur le terrain pour mesurer le choc du 7 octobre dans la société israélienne, donner à voir la réalité de l’apartheid et du colonialisme dans les territoires occupés et donner la voix aux forces de la paix et dialogue. Nous avons également réalisé des entretiens de grandes figures intellectuelles, diplomatiques pour exposer des analyses en profondeur d’une situation coloniale durablement ancrée.


A l’heure des discours réducteurs et binaires, il est nécessaire de montrer la complexité d’un monde toujours plus instable. Comprendre, non pas pour excuser, mais pour faire entendre la voix de la raison et du dialogue car c’est notre humanité commune qui est atteinte. C’est le seul moyen de construire la paix, juste et durable, menant à deux Etats israéliens et palestiniens qui coexistent pacifiquement et en application des résolutions internationales.


Ce numéro spécial se veut comme un appel à l’action car l’après Gaza ne peut se faire par les semeurs de haine et les belligérants qui plongent les peuples israélien et palestinien dans l’effroi. Soyons au rendez-vous de ce moment historique.

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page