top of page

Le mauvais bulletin de la France

En cette fin d’année scolaire, la France vient de recevoir ses résultats. Sa note, attribuée par l’agence de notation Standard & Poor’s, est en baisse, passant de « AA » à « AA-. »

 

Cette dégradation de note est un fait rare, puisque depuis 1975, cela ne s’était produit que 2 fois, la dernière en 2012 faisant perdre la note maximale AAA.


Pour autant, cette rétrogradation n’est pas une surprise puisque l’on savait dès la loi de finances pour 2024 que les perspectives de croissance étaient surévaluées et que le déficit pour 2023 était, lui, largement sous-évalué.


Mais néanmoins, à quelques jours des élections européennes, c’est un camouflet pour le gouvernement, pourtant si certain de l’efficacité de sa politique économique et sa gestion des finances publiques.   

 

Sans cautionner ce système de notation et ces agences ultra-libérales, cette décision est particulièrement inquiétante. Alors que le ministre de l’économie Bruno Le Maire tente de rassurer en affirmant que « cela n’aura aucun impact sur le quotidien des Français », c’est exactement le contraire qui va se produire.


Cette décision va évidemment servir de prétexte au gouvernement pour justifier de nouvelles dépenses publiques. 


Le gouvernement était déjà obnubilé par la réduction des dépenses publiques et le maintien du déficit en dessous de 3%. Cette note va lui servir de caution pour imposer encore un peu plus d’austérité.


Sur l’année 2024, les coupes budgétaires vont représenter 20 milliards d’euros. Le tout sans aucun débat devant le Parlement, après un budget adopté, rappelons-le par 49.3

Et ce n’est pas fini, puisque les perspectives pour le projet de loi de finances pour 2025 visent 20 à 25 milliards ‘’d’économies’’.


Ecoles, hôpitaux, écologie, agriculture, logement, égalité femmes-hommes, collectivités locales, justice, tous les secteurs concernés.


C’est une véritable attaque contre les services publics et la protection sociale. La réforme de l’assurance chômage avec une économie de 3,6 Milliards d’euros sur le dos des chômeurs, s’inscrit dans la même veine de rigueur budgétaire.


Or, l’austérité est inefficace sur le plan budgétaire et dramatique sur le plan économique et social ! Les 33 000 emplois supprimés ou menacés depuis septembre en sont la preuve.


Le Président Macron a affirmé, quant à lui, en avril dernier « que la France n’a pas un problème de dépenses excessives, mais un problème de moindres recettes »..  Je suis d’accord avec vous, Monsieur le Président ! Alors chiche ?


Voici quelques propositions qui pourraient venir renflouer les caisses de l’Etat au lieu de réduire les dépenses : lutte contre l’évasion fiscale, fin des exonérations patronales, rétablissement de l’ISF, véritable taxe sur les super profits, conditionnalité des aides publiques..


Je peux vous assurer qu’alors une grande partie des Français et des Françaises vous attribueraient une très bonne note !

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page